• La petite première du lundi avec Yoyo, pour retrouver les sensations, tester le mental et le physique. Petit cirque du Peyreget. Neige transfo, ski de printemps. Que du bon ! Papy Éclaireur reprend du service Papy Éclaireur reprend du servicePapy Éclaireur reprend du servicePapy Éclaireur reprend du servicePapy Éclaireur reprend du servicePapy Éclaireur reprend du service

     

    Petite deuxième en solo le jeudi au "couilles à l'arrêt"

    Conditions idylliques de montée. Deuxième test de forme pour le Papy ! Nickel ! Tout le haut était béton (ces cons d'espagnols sans couteaux faisaient du patin à glace !).

    Neige cartonnée avec plaques de croûte. Mais l'essentiel était dans l'ambiance !

    Papy Éclaireur reprend du servicePapy Éclaireur reprend du servicePapy Éclaireur reprend du servicePapy Éclaireur reprend du servicePapy Éclaireur reprend du servicePapy Éclaireur reprend du service


    1 commentaire
  • Philippe André était Pyrénéen amoureux des Alpes : parapentiste, grand skieur, champion de France de kilomètre lancé en ski (163kmh), coureur moto et autres exploits, tout ça sur une jambe.

    Je le connaissais depuis 50 ans, nous avons partagé beaucoup de soirées conviviales et quelques amis communs. Il ne manquait aucun article sur ce blog et laissait des commentaires parfois ironiques mais toujours plein d'humour, à son image. 

    Il est parti vers les neiges éternelles la semaine dernière !

    Salut à toi mon ami, à nous retrouver la haut pour quelques belles randos et bonnes bouteilles!!!

    La mort d'un sympathisant : Philippe André, ami de l'Eclaireur.La mort d'un sympathisant : Philippe André, ami de l'Eclaireur.La mort d'un sympathisant : Philippe André, ami de l'Eclaireur.La mort d'un sympathisant : Philippe André, ami de l'Eclaireur. 


    votre commentaire
  • Cap à Louesque
    Ainsi fût décidé,ce vendredi 7 mai ,nous ré déballions le matos à peine endormi par 6 semaines de confinement,nous allions secouer les fourmis dans les jambes, nous allions gonfler d'air pur les poumons et les voiles, permettre enfin aux peaux de phoques de retrouver leur banquise,nous decolâmes donc avec Annie et le Patrick, direction Louesque,plein sud!
    Certes le Sergio nous avait fait faux bond,pensant à juste titre que la route était fermée : elle l'était !
    Mais qu'importe,le tronçon jusqu'au départ du sentier de la cabane de Larue fût vite avalé par une température plus que clémente. 
    Puis la montée! Putain quelle pente! C'est pas de la montagne à Tous, c'est pour du Béarnais croisé chèvre !
    Nous dormîmes  à Larue mais à l'abri. Bien nous en prît car la tempête fît rage : Grosses rafales jusqu'au petit jour !
    Le reste ne fût qu'enchantement . Option Soum de Louesque et très bon ski pour revenir à la cabane.
    On remballe,on resserre les vis des genoux, des ménisques et des vertèbres et comme qui rigole ( en serrant les dents) on se retrouve à boire un demi au Soulor !
    C'est quand la prochaine !
     
    Merci Philou pour ce magnifique article et ces images qui ont fait rêver l'Eclaireur à des jours meilleurs!!! Superbe "Belle deMai"! On se la fait la saison prochaine en priorité!!!

    votre commentaire
  • Ce mercredi 10 mars, après avoir fait la veille le tour des popotes pour se projeter dans une belle collective, façon CPDCSM, et avoir essuyé autant de refus, de fins de non recevoir et d'excuses bidons:"j'peux pas, j'suis sur la côte demain" ou "j'vais à l'Anie" nous nous retrouvons avec le Patrick sur le parking du Super U à Gan, direction le Super Sanctus à Gourette.
    C'est pas la grande forme, me dit-il, ce qui préfigure en général, avec Patrick, une bonne partie de manivelle...
    Les 10 cm tombés la veille ont tout repeint et ainsi rafraîchi, Gourette est presque présentable !
    Nous trouvons les premiers rayons à la cabane de Coste de Goua. Le grand mur au dessus n'est pas hyper enneigé mais, par quelques belles langues, nous nous hissons jusqu'à la côte 1995.
    Après, c'est du grandiose, du lourd, du gothique, du vierge (sans rocher), du sublime, du Sanctus quoi ! Nous ne flânons pas, communions sur le pouce ; les combes et les goulets nous attendent pour du pur régal !
    À toi, à moi pour la vidéo et du ski hyper esthétique nous ramène vers la cabane. Nous n'avons pas perdu la foi ! Seul le retour au Parking est un chemin de croix !
    La banane en guise d'hostie, nous reprenons la voiture.
    Ricky Lee Jones nous le confirme, nous sommes vraiment des Lucky Guys !
     
    Merci les Membres Associés, vous faites honneur à le réputation du CPDCSM. L'intronisation n'est pas loin !!! L'Eclaireur y réfléchit sérieusement !!!
     

    1 commentaire
  • Ce mercredi 24 Février, quelques membres dissidents mais néanmoins sympathisants du CPDCSM, faisons le projet de partir en vallée de Labat de Bun. Objectif Badescure ou Barbat suivant les conditions et la "forme".
    Nous suivons à distance une voiture du "Parc", élucubrant sur leur pouvoir à nous mettre une prune en nous "parkant" au terminus de la piste d'Arioussec !
    Finalement, il n'en est rien, nous échangeons 3 mots et comprenons vite qu'ils ne sont pas là pour compter fleurettes ! (Gentianes, Edelweiss....)
    Ils laissent le 4X4 et démarrent pied au plancher (nous ne les reverrons pas)
    Notre colonne s'ébranle enfin. Annie et Pierre suivent, bon train, le Patrick et vôtre serviteur- reporter ! Direction le gros névé de gauche sous la cabane du Barbat qui nous permet de chausser au premier tiers du mur.
    De bonnes bourrasques venues d'Ilhéou (le bonheur ?) nous secouent la couenne mais le ciel et le moral sont au beau fixe ! Nous avalons le 2ème et 3ème mur sans sudation (sans doute grâce à la ventilation)
    A l'heure du choix, le côté Barbat n'est pas très engageant : ça fume et ça secoue façon himalayenne ! (Nanga-Barbat ?) Ça sera Badescure !
    Patrick s'installe à la trace et nous mène métronomiquement à bon port malgré les coups de boutoirs éoliens.
    Grosse ambiance à la brèche : le "Bala", toujours aussi majestueux ! Quelques photos, mais nous ne sortons pas la nappe pour piqueniquer ! On s'engouffre dans la descente et profitons de quelques bons secteurs ! Nous voilà déjà de retour sur l'herbe. C'est toujours trop court !
    Une grosse pensée pour les absents puis le ronron douillet du retour. Phil





    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique